Avec S. Poinsart et P. Velut, du projet Scenari Opale

Publié le par stéphane Wattier

Scénari est une suite logicielle libre de conception de chaînes éditoriales numériques,  qui permettent de créer des contenus multimédia et de les publier sous différentes formes à partir d'une même source : document imprimable, site Web, diaporama, etc. Contrairement à un traitement de texte ou un éditeur WYSIWYG, une chaîne éditoriale sépare le contenu de sa mise en forme et facilite ainsi sa mise à jour et sa réutilisation. L'intérêt est donc de réduire les coûts de production et de maintenance des contenus, et de mieux contrôler leur qualité.

Opale est le modèle de Scénari destiné aux enseignants du milieu universitaire pour créer des modules de formation à distance.

Quels sont les utilisateurs d'Opale ? Quels sont ses atouts ? Est-il simple à utiliser ? Peut-on le ranger dans la catégorie des outils de rapid learning ? Comment l'implanter dans un établissement de formation ?

Entretien avec Priscilla Velut, responsable de la communauté des utilisateurs Opale en université, et Stéphane Poinsart, animateur de la communauté Scénari.






Qui utilise Opale en France ? Et à l'étranger ?
Tout d'abord, un ensemble d'universités autour desquelles s'est construit le réseau scenari-sup en France : l'École des Mines d'Albi Carmaux, l'Université de Lille 1, l'Université du Maine, L'université Bordeaux 1, l'Université de Technologie de Compiègne. Au total une vingtaine d'universités... (voir le site SCENARIsup, La communauté des utilisateurs Opale en université ).  Ensuite des structures privées : Axa, la SNCF et publics : OSEO, MEDAD. A l'étranger : l'université de BYU aux États Unis, et plus récemment CoseLearn (Coopération Suisse en matière de eLearning) un programme pour promouvoir le e-Learning dans plusieurs pays d'Afrique. Mais nous n'avons qu'une infime partie de la grande liste "virtuelle" des utilisateurs, il y a juste quelques indicateurs positifs comme l'accroissement de l'activité des nouveaux venus sur le forum. En ce qui concerne l'apparition de ces nouveaux "utilisateurs spontanés" Opale, nous devons beaucoup à la communauté du libre et la diffusion sur internet grâce à des sites tel Framasoft.

Quels arguments peuvent décider un centre de formation à distance à  l'adopter ?
Ce sont souvent des arguments issus des principes de Scenari :
-- La publication automatique sur différents supports (multi-support) d'un même contenu et la simplicité d'avoir une seule version du contenu à mettre à jour ;
-- La structuration des contenus et l'homogénéisation des supports produits ;
-- La réutilisation possible des contenus, en partageant des parties communes, selon les usages ;
-- L'adaptation possible de l'outil : intégration de la charte graphique des organismes et/ou de spécificités pédagogiques qui leurs sont propres ;
-- La communauté des utilisateurs : forum d'Opale et réalisation, si besoin, de formation et d'accompagnement de mise en place et de développement par les membres de la communauté Scenari.

Sa prise en main n'est-elle pas un peu complexe pour un enseignant?
Il existe deux niveaux d'utilisation de l'outil : le premier niveau OpaleStarter donne accès à un sous-ensemble simplifié des fonctionnalités, bien adaptées à un enseignant. Il est ensuite possible de basculer vers le niveau "OpaleAdvanced" qui offre par exemple des possibilités d'organisation du contenu plus complexes. Ce qui peut rester difficile à prendre en main c'est le fait que l'outil ne soit pas un outil WYSIWYG ("What You See Is What You Get") mais un outil WYSIWYM "What You See Is What You Mean" qui demande aux auteurs de se concentrer sur le fonds sans se soucier de la mise en forme de leurs documents.

Est-ce qu'on pourrait classer Opale parmi les outils de Rapid Learning ?
Non. Opale, nous venons de le voir est un outil WYSIWYM. Il ne permet donc pas à un auteur de mettre en forme son contenu. Si maintenant vous voulez parler de modèle documentaire pédagogique, Opale est d'abord un modèle pédagogique académique d'exposition et d'évaluation des connaissances. Il existe un autre modèle Scenari, le modèle Folomi (présentation en PDF), proche d'un modèle de Rapid Learning qui permet de guider pas à pas les apprenants et d'associer un coach virtuel à chaque page de contenu. Ce modèle est actuellement à usage privé.

Concrètement, quelles sont les étapes à respecter pour un déploiement réussi, dans une université par exemple ?
Dans les universités, il y a généralement un service TICE qui s'occupe de la mise en place et, dans certains cas, de la diffusion des outils. Il existe deux modes d'installation : une version en local sur les postes et une version en mode serveur. Le déploiement en mode serveur est un peu plus lourd puisqu'il demande l'intervention du département informatique de l'université. Le déploiement de l'outil peut nécessiter un accompagnement à l'installation (surtout pour le mode serveur) et un accompagnement à l'utilisation de l'outil. Accompagnement effectué par les membres de la communauté.


Un grand merci à vous, Priscilla et Stéphane.



Pour en savoir plus :

Le site du projet Scenari
Un entretien avec Stéphane Crozat, responsable de la communauté
Les vidéos d'un séminaire sur les chaînes éditoriales


Publié dans Entretiens

Commenter cet article